samedi 29 novembre 2008

BD Beaub', bib, Babelio et Facebook


Un club de lecteurs passionnés de bandes dessinées pour adultes s'est créé il y a quelques mois à la bibliothèque de Beaubreuil (Limoges), à l'initiative de quelques bédéthécaires dynamiques. Les rencontres thématiques ont lieu cinq fois par an, le mercredi à 18 h 30 ; elles sont pilotées par Patrick Gaumer, préparées et animées par Marie, Brigitte, Isabelle et Adrien. Ces bibliothécaires se sont dit qu'utiliser des outils 2.0 serait sans doute un plus pour faire circuler les informations et surtout pour échanger et partager leurs trouvailles. Ils ont donc ouvert un compte sur Babelio et (très récemment) un autre sur Facebook - il faut vivre avec son temps, n'est-ce pas ?

Prochaine rencontre : mercredi 10 décembre à 18 h 30 autour du roman graphique.
Bibliothèque francophone multimédia
Bfm Beaubreuil - Place de Beaubreuil
87280 LIMOGES
05.55.35.00.60

3 commentaires:

Anonyme a dit…

bonjour,
babelio et facebook ça n'est pas "mon temps". Qu'est-ce qui vous fait dire que ça devrait l'être... il y a plusieurs réalités dans un même temps, chacun peut (dans une certaine mesure) choisir la sienne...
je déteste l'expression "vivre avec son temps"... ça ne signifie rien!

Nadine a dit…

Bonjour,

En l'occurrence, Facebook et Babelio me semblent être des outils intéressants pour la vie et le développement de ce club de passionnés de BD. Il est toujours possible d'explorer les voies de la modernité intelligemment.

Quant à l'expression-cliché "vivre avec son temps", effectivement elle est un peu tristounette et bien rebattue. Personnellement, les mots qui me HERISSENT sont "acter", "impacter", "input" et "output", qui peuvent me faire sortir de mes gonds...

;-) Vous-même vivez bien avec votre temps, puisque vous laissez des commentaires sur les blogs...

Cordialement,
Bon week-end

Anonyme a dit…

";-) Vous-même vivez bien avec votre temps, puisque vous laissez des commentaires sur les blogs..."

Je ne répondrai pas à cette ridicule provocation...
;-)
bonne fin de semaine.
dans l'expression et la volonté de "vivre avec son temps", on retrouve sans doute la peur de voir le sien passer trop vite, se terminer... pourtant, c'est inévitable!