mardi 4 novembre 2008

Philosophie multimédia

En philosophie, tout commence souvent par une question. En voici une : la philosophie est-elle une discipline du baccalauréat ? Oui, répondrez-vous spontanément - du moins en France, pour les élèves qui passent un bac généraliste (ceux qui s'orientent vers un bac pro, un CAP, un BEP, n'y ont pas droit, sinon de façon marginale). Oui, mais la philosophie EST-elle une discipline du bac ? N'est-elle pas, en fait, bien autre chose ?

Et la philosophie, j'ai pu le constater à l'époque où je m'occupais de ce domaine à la Bfm centre ville, intéresse bien au-delà du cadre scolaire. A maintes reprises des adultes de tous âges et venant de tous horizons m'ont dit à quel point elle les aidait à vivre. Les séances de "L'heure de la philo", qui avaient lieu le samedi après-midi dans le hall, attiraient à chaque fois plus de cent personnes, sans compter les curieux qui s'arrêtaient pour voir ce qui se passait là. Et ce qui avait lieu, c'était une vraie rencontre avec des textes de philosophes, mis en voix par un comédien, présentés et commentés par des directeurs de programmes du Collège international de Philosophie, puis discutés par le public. Il faut dire que c'était une chance énorme d'avoir le CiPh comme partenaire pour cette animation ; je garde un souvenir ému du travail avec Bruno Clément, Jean-Clet Martin ou Gérard Bras, pour n'en citer que quelques-uns.

Quelle place pour la philosophie en bibliothèque publique ? Quelles oeuvres proposer ? Quel rapport intime des bibliothécaires peuvent-ils entretenir avec cette discipline réputée ardue, au point de souhaiter en donner le goût au public ? En dehors des livres, où trouver de la philosophie ?



Sur quelques blogs et sites internet, bien sûr !
- A tout seigneur tout honneur, commençons par le tout récent blog du Collège international de Philosophie, où les directeurs de programmes présentent leurs publications.
- A suivre attentivement : 24 heures philo, un blog collectif coordonné par François Noudelmann et Eric Aeschimann. J'ai un petit faible pour les posts de Giorgione, qui décortique en philosophe des expressions toutes faites de la langue française, comme "la cerise sur le gâteau", "avoir la tête dans le cul" ou "c'est que du bonheur". Et aussi, bien sûr, ceux de Bruno Clément, comme celui-ci.
- Intéressant aussi : le blog de Jean-Clet Martin - "Strass de la philosophie : Hors-champs, Contretemps, Contrefaçons".
- Web Deleuze, en construction permanente mais déjà riche de dizaines de cours de Gilles Deleuze en plusieurs langues. L'occasion aussi de découvrir la musique de Richard Pinhas, ancien élève de Deleuze, désormais expérimentateur de sons mais toujours profondément philosophe, qui mériterait une bonne place dans toute discothèque publique.



Quelques DVD et autres textes enregistrés sur CD peuvent faciliter l'accès d'un large public à la philosophie. Le catalogue des Editions Montparnasse propose L'abécédaire de Gilles Deleuze, devenu un classique à proposer (à mon avis) dans TOUTES les bibliothèques, y compris les toutes petites bibliothèques de campagne ou en bibliothèque de quartier. On trouve aussi dans ce catalogue un coffret Paul Ricoeur, philosophe de tous les dialogues, ainsi que Sartre par lui-même, mais aussi Toni Négri, Claude Lévi-Strauss,...

Quant aux textes philosophiques enregistrés, ils sont nombreux et on les trouve facilement dans le commerce. Je me souviens de mon étonnement lorsque j'ai écouté les "causeries" de Gaston Bachelard publiées par l'INA/Radio France dès 1996 : comment un philosophe, un vrai, pouvait-il avoir un tel accent bourguignon pour parler de poétique, de philosophie et de sciences ?

Pour finir, quelques titres de livres de philosophie que j'aime particulièrement, quelques noms de philosophes autres que ceux déjà cités, dont j'ai fait, sans complexe, mes compagnons de vie :
Robert Misrahi, Les actes de la joie : fonder, aimer, agir (P.U.F., 1987)
Roger-Pol Droit, La compagnie des philosophes (O. Jacob, 1997) et La compagnie des contemporains (O. Jacob, 2002)
François Jullien, Eloge de la fadeur (Picquier, 1991) et La propension des choses (Seuil, 2003)

Aucun commentaire: