samedi 14 mars 2009

La bataille de l'imprimé à l'ère du papier électronique (2/3)

Colloque "La bataille de l'imprimé à l'ère du papier électronique", jeudi 12 mars au CNAM, à l'occasion de la publication du livre éponyme aux Presses de l'université de Montréal (dir. Eric Le Ray)

Quelques notes prises au vol, en attendant de lire le livre :


"La presse dans la tourmente électronique"

Président : Patrick Eveno, historien de la presse.
Participants : Philippe Jannet, PDG Le monde interactif ; Olivier Delteil, responsable business development groupe Les Echos ; Corinne Denis, directrice des éditions électroniques groupe L'Express ; Pierre Haski, directeur de la publication rue89, ancien journaliste de Libé.


PE :
- Crise structurelle + crise conjoncturelle.
- Crise de l'intermédiation et de la professionnalisation.
- Impact d'internet et de la presse d'infos gratuite. Importance de la "gratuité ressentie".
- Problème de la rémunération de la chaîne éditoriale > comment monétiser ?
- La révolution numérique a commencé il y a près de 30 ans.
- Le New York Times a publié récemment une liste des journaux US qui vont disparaître.
- L'info ne paie plus.


PJ :
- Transferts de contenus > transferts d'audience. Quels contenus adaptés à quels supports ?
- Pas 100 % de financement par la pub, mais modèle mixte.
- Une partie des coûts est financée par la structure papier.
- Il faut protéger l'édition papier.
- Application Le Monde sur i-phone téléchargée près de 400 000 fois. Gratuite, pas de coût, pas de contenus spécifiques, c'est seulement un autre canal de distribution


OD :
- Offre e-paper des Echos = infos précises ou segmentées à usage professionnel.


CD :
- Groupe L'Express = 18 marques dont 9 en ligne.
- Sur internet depuis 1996-97.
- Recouvrement faible site/papier pour L'Express, l'Expansion, L'entreprise, Côté sud,...
- Recouvrement très fort pour Votre argent ("le site de votre argent"), où les deux supports se complètent.
- Tout le groupe devrait passer au bi-média.


PH :
- rue89 longtemps présenté comme un killer de la presse.
- Au départ : intuition journalistique. N'a pas attendu d'avoir un modèle économique pour démarrer. La gratuité s'est imposée.
- A démarré sans marque. Pas un centime en marketing ou en communication. Circulation virale uniquement.
- Expérimentations en attendant l'émergence d'un modèle économique (pas de gros groupe derrière).
- Aujourd'hui, 1 million de visiteurs uniques, 20 salariés en CDI (pas de journalisme au rabais).
- Développement d'activités annexes : web-agency, formation, vente de produits dérivés (t-shirts "casse-toi pov' con").
- Lancement d'un mur virtuel où les gens achètent des briques pour mettre de la pub.
- Importance de la veille technologique.
- Importance de la circulation virale de l'info et d'un modèle mixte pour survivre.


PJ :
- Volonté de garder l'image du Monde.
- Homogénéité de l'audience (cadres, CSP+) permet de vendre la pub plus cher.
- Abonnement = accès à un club, droit de commenter, d'écrire des chroniques, d'avoir un blog.


CD :
- Ex. du Figaro, qui a démarré tard, mais vite.
- Faire payer des services autour d'une info généraliste gratuite.


PH :
- Aujourd'hui plus personne n'achète un journal pour savoir ce qui se passe : l'info de base est disponible aussi bien pour les lecteurs que pour les journalistes.
- Il faut de la valeur ajoutée.


PJ :
- Problème TVA à 2,10 sur le papier, 19,6 sur le web.
- 4 millions de visiteurs uniques sur Le Monde.fr - 1 million par jour.
- "Extension du territoire de la marque".
- Rajeunissement du lectorat de l'édition papier.
- L'édition papier (outil de réflexion) devient complémentaire de l'édition en ligne (actualité immédiate + archivage). La tendance s'est inversée.
- Utilisation de l'expertise des lecteurs.
- Ce n'est plus l'info qui fait vivre les journaux.

Aucun commentaire: