dimanche 14 septembre 2008

Carnet de terrain

Après un été de flottement et d'expérimentations diverses, la lecture de plusieurs billets de biblioblogueurs m'a confirmée dans le désir de tenir régulièrement un carnet consacré à mon métier de bibliothécaire "de terrain". Pour moi, Le Bibwebzine reprend donc du service sous cette forme-là. Désormais, plus de blog privessionnel, mais un blog professionnel (sous pseudonyme et sans citer le nom de la collectivité qui m'emploie - bonjour le numéro d'équilibriste !) ET un blog personnel pour le reste (sous un autre pseudo). J'évite d'ailleurs habituellement, autant que faire se peut, de mélanger ma vie privée et ma vie au travail.

J'aimerais que ce blog garde la dimension collective qu'il avait au départ - je ne sais d'ailleurs pas pourquoi Gaucelm et les autres n'ont rien écrit pendant mon absence. Je reste persuadée de la nécessité de porter, à plusieurs, divers points de vue individuels sur le réel, d'éclairer toutes ses facettes, et surtout de travailler ensemble au-delà des particularités statutaires et des distances géographiques. Il reste ouvert à d'autres contributeurs éventuels - je pense en particulier à des bibliothécaires qui n'ont pas encore leur propre blog mais qui voudraient faire leurs premiers pas. Si vous voulez devenir auteur ici, il vous suffit de m'écrire.

Parlant de "l'art de chercher", Bertrand Callenge écrit dans un billet récent (Métier d'arts) une phrase qui me semble décrire au mieux le coeur de ce qui rend nos questionnements stimulants. Cette phrase, je la fais mienne : "
A une question donnée s'impose désormais une sorte d'errance intuitive, d'autant plus efficace qu'elle se renouvelle constamment". Je ne vais pas disserter, mais je laisse mijoter lentement. Ecrire, c'est mettre en ordre, donner forme, débrouillonner ce qui est confus, retrouver son chemin après s'être attardé et égaré en route. J'en ai besoin et le blog, par sa souplesse et sa facilité d'utilisation, est pour moi un support idéal.

Reste la question des commentaires : ils font partie intégrante de la vie d'un blog, apportent des éclairages, des enrichissements, et sont donc les bienvenus. Pas question en revanche d'accepter ici les considérations lourdingues de trolls baveurs (ils peuvent amuser certains, mais pas moi) ; pas place non plus pour des propos racistes ou misogynes, ni pour des insultes ou des attaques personnelles. Qu'on se le dise.

1 commentaire:

B. Majour a dit…

Bonjour

Amusante fin de post.

Définissons un blog.

Un blog est tenu par un bloggueur, qui peut accepter ou non les commentaires... mais qui, en tant que "bibliothécaire" de son blog, peut éliminer les commentaires inutiles... les "euh" de la conversation, les parasites.

Un blog, c'est aussi une "réflexion"... commune, très souvent, qui permet d'avancer.
L'écriture, posée sur le papier, permet de "voir" cette réflexion, ces préoccupations qui nous occupent à un instant donné.

Le fait de partager son écrit apporte un nouvel éclairage, de nouvelles pistes à explorer.
C'est tout l'intérêt du partage, et on évite, ainsi, de tourner en rond.

Au plaisir de te relire bientôt.

Bien cordialement
Bernard Majour